Catégorie : Beauté

DIY : dents plus blanches en 3 minutes

Ross_dents_tres_blanches_sourire

Thé, café ou autres substances colorantes, peuvent mener la vie dure à nos chères quenottes. Comment faire pour traiter ces tâches jaunes, sans avoir recours à des produits chimiques décapants qui peuvent les rendre sensibles (entre autres) ? En ayant recours à des solutions naturelles bien sûr ! Ici je vous propose une recette en deux ingrédients, avec photos avant/après à l’appui.

Pourquoi éviter les produits de blanchiment du commerce ?

Déjà, parce que même si on rêve secrètement d’avoir un sourire de présentateur télé, en vrai personne n’a envie de ressembler à ça (en particulier si on fait une partie de laser game, car on devient alors un proie facile) :

Plus sérieusement, il faut savoir que la plupart des solutions du commerce se base sur des formules contenant de l’eau oxygénée ou peroxyde d’hydrogène. Car si l’oxygène est source de vie sur terre, il peut également devenir un produit toxique pour nous à partir d’une certaine dose. L’oxydation est d’ailleurs l’une des premières causes du fait que nous vieillissons… et oui ce qui nous maintient en vie est aussi ce qui nous tue (pour ceux que cela intéresse voici une explication sur ce procédé bio-chimique).
Bref, je ne vais certainement pas vous conseiller d’arrêter de consommer de l’oxygène dans votre respiration quotidienne, mais tout de même de réfléchir à deux fois avant de vous y sur-exposer.

Pour en revenir à nos produits à base de peroxyde d’hydrogène, ceux-ci sont très réglementés par l’union européenne, car le fait d’en avaler en trop grande quantité peut être mortel (oups, comme justement on en met dans la bouche). Il ne faut donc surtout pas s’amuser à dépasser les doses et fréquences recommandées.

Dans les effets néfastes plus fréquents on note surtout que les dents deviennent beaucoup plus fragiles, car plus poreuses, avec des risques d’irritation des muqueuses. Sans compter qu’étant plus sensibles, elles sont moins bien protégées et ont toutes les chances de se recolorer plus rapidement.

La solution naturelle

Le résultat en images

Sans plus attendre, je vous dévoile le avant/après, qui parle de lui-même :
 

Photos bien sûr réalisées sans trucages et prises au même endroit. À noter que mes lèvres sont plus rouges sur la seconde, car j’ai dû frotter pour retirer les traces de curcuma. Aucun filtre ou autre effet n’a été appliquée sur l’une ou l’autre.

La recette

Comment obtenir ce résultat ? C’est très simple, il suffit de mélanger dans un bol un peu d’huile de coco avec du curcuma.

Comme vous l’avez peut-être déjà lu dans l’article 3 recettes detox naturelles du matin ces deux ingrédients font déjà parti de mes chouchou. Ici, on combine leurs effets pour rendre nos dents plus blanches tout en douceur…

On ne présente plus les effets de la noix de coco pour les dents : détartrante, blanchissante et prenant également soin des gencives. Ce n’est pas pour rien qu’elle constitue un ingrédient de base pour le dentifrice maison.

Le curcuma quant à lui est une épice magique, dont on dit que la consommation régulière préviendrait certains cancers. Il a notamment des propriétés anti-inflammatoires, antioxydantes (donc le contraire du peroxyde d’hydrogène) et surtout blanchissantes.

En bonus, on peut également y ajouter un peu de bicarbonate de soude, mais auquel cas limiter la fréquence d’utilisation, car ce produit est assez décapant.

Précautions d’usage

Je ne saurais pas vous donner de proportions exactes à employer, car j’avoue y être allée au pif. Je dirais qu’il faut environ 1 cuillère à soupe d’huile de coco à ras pour 1 cuillère à café de curcuma. Tout dépend de la quantité et de la consistance que vous souhaitez obtenir. Fiez-vous surtout à la couleur du mélange.

Pour obtenir une consistance pâteuse, mieux vaut utiliser de l’huile de coco légèrement durcie. Ayant testé cette recette en plein été, la température ambiante a fait que sa consistance était assez liquide, comme vous pouvez le voir sur la photo. Cela n’alterne en rien le résultat, il s’agit plutôt d’une question de confort.

Brossez vous les dents 3 minutes avec ce mélange et c’est tout, admirez le résultat !

Là où il faut être extrêmement vigilant c’est sur l’effet pigment. En effet, si le curcuma ne laisse aucune trace sur les dents, il est plus difficile de le rincer sur d’autres supports. Les poils de votre brosse à dents, par exemple, vont rester orange, donc si possible utilisez en une en fin de vie. Idem, attention à bien nettoyer votre bol et votre lavabo (ça part en frottant un frottant un peu) et à protéger vos vêtements. Et, c’est pour cela que j’ai également dû nettoyer mes lèvres (d’où leur couleur rosée), qui s’étaient légèrement teintées au passage. Il s’agit là de bien moindre contraintes, comparées à la facilité et surtout à l’efficacité de cette recette 🙂

Alors, prêts à tenter l’expérience ?

À lire sur la même thématique :

Brossage de dents zéro déchet… même en cas d’urgence

La vie secrète d’une brosse à dents

Comment faire son dentifrice maison

 

Trousse de voyage (presque) zéro déchet et minimaliste

trouse_de_voyage_minimaliste_zero_dechet

Alors que beaucoup d’entre nous s’apprêtent à partir en vacances, l’heure approche de faire sa valise. Et va avec l’éternelle question : qu’est ce qu’on met dedans ?
Pour ma part, je déteste porter des trucs et je suis une adepte du sac à dos, alors j’essaie toujours d’aller vers le strict minimum.
Je vous propose ici ma version de la trousse de toilette en mode optimisé et le plus proche possible du zéro déchet.
lire la suite

Coton-tiges interdits : comment les remplacer ?

le_méchant_bonhomme_coton_tige

Saviez-vous qu’à partir du 01 janvier 2018, la commercialisation de cotons-tiges en plastique sera interdite en France. Et oui, vous avez bien lu. Je vois déjà les fanatiques du curage d’oreille en train de crier de désespoir : comment on va faire ?! La moindre trace de saleté dans cette zone est impensable, sans compter sur ces dangereuses et malicieuses petites gouttes d’eau qui viendraient s’y glisser !

Pas de panique ! Il existe des solutions, le monde du zéro déchet ayant déjà prévu le coup. C’est t-y pas formidable ?

Pourquoi on arrête les cotons-tiges ?

Ben parce que c’est pas écolo… OK, super, merci. Mais encore ?

Ce petit objet du quotidien, inventé par un Polonais en 1923 et inspiré du cure-dent (ça c’est l’info inutile à ressortir pour briller en société) est plus dangereux qu’il n’y parait. Certes, le bout est doux, mais la fin est cruelle (quelle inspiration aujourd’hui !).

Le vrai problème c’est qu’il se retrouve en grande quantité dans les océans et ça ce n’est pas drôle du tout. Les animaux marins l’ingèrent souvent par mégarde (ça s’insère partout ce petit truc, c’est vraiment moche à voir), ce qui leur cause de nombreux désagréments. Et c’est sans compter sur toutes les substances chimiques que votre cure-oreille va dégager dans sa nouvelle vie sous-marine.

Il parait que beaucoup de personnes jettent leur cotons-tige dans la cuvette des toilettes. C’est ce qu’il y a de pire à faire parce les cotons-tige flottent et sont directement balancés dans les cours d’eau. Vraiment, arrêter de faire ça les gens, s’il vous plaît.

Les alternatives aux cotons-tige

Je n’ai pas testé toutes les alternatives présentes sur le marché, mais après étude des possibilités, j’ai fini par opter par l’oriculi en bois. Celui-ci me paraissait à la fois le plus écolo et le plus doux à utiliser. Il existe également des versions en métal, qui sont vendues en pharmacie. Ce petit objet demande un temps d’adaptation, mais se révèle tout à fait efficace.

Mon retour d’expérience complet en vidéo :

Pour ce qui est de l’eau, il suffit d’utiliser un coin de serviette ou bien un mouchoir en tissu (je trouve que ces derniers rentrent plus facilement) : et hop, l’eau est attirée dans la serviette par capillarité  (j’adore ce mot, je l’ai appris en regardant Fred et Jamie de C’est pas sorcier expliquer pourquoi le sucre absorbe le café – hihihi) comme par magie.

En ce qui concerne le sujet du fil dentaire, je vous propose cet article très complet du blog de Jule.

Et les micro-billes aussi

Ah et pendant que j’en suis aux « mauvaises » nouvelles, j’en profite pour vous annoncer que les micro-billes aussi vont être retirées du marché. Adieu exfoliants et dentifrices à bille.. Ben oui, figuez-vous que celles-ci passent à travers tous les filtres possibles (c’est ça d’être « micro ») et se font ingérer par les poissons, tels que les saumons par exemple. Donc pour ceux d’entre vous qui apprécient les fruits de la mer, sachez que vous déguster vos restes d’exfoliant par la même occasion…

Mais là encore, tout n’est pas perdu : voici comment faire son propre dentifrice maison. Et un article pour se récurer le visage en toute impunité est en préparation (suspense). Bref, tout va bien.

Source : qqf.fr

Pour avoir plus de chiffres sur ce sujet, je vous invite à découvrir une super infographie en cliquant ici.

Si vous avez souris ou ris au moins une fois à la lecture de cet article (voire même que vous avez appris des choses), partager-le ! 🙂

Routine naturelle : coton réutilisables et huiles végétales

coton_demaquillant_zéro_déchet

Après avoir débarrassé mon appartement de ses boites de mouchoirs en papier, je me suis attaquée au coton qui sévissait dans ma salle de bain. Sa présence était d’autant plus inutile que je me maquille peu. Pourtant, j’avais plusieurs paquets d’avance… « au cas où ». Je les ais donnés à d’autres personnes qui en ont plus l’utilité et je suis passée aux cotons réutilisables !

Après avoir vu le coût environnemental du coton, voici mon retour d’expérience sur la marque que j’ai choisie, ainsi que des conseils pour passer au huiles végétales pour se démaquiller.

Impacts environnementaux du coton

Saviez-vous que pour fabriquer 1 kilo de coton, il faut utiliser 5.260 litres d’eau (source : CNRS) ? Cela comprend l’arrosage, mais aussi toute l’eau utilisée durant le processus industriel À titre de comparaison, il faut 590 litres pour un kilo de pomme de terre (bon après, en volume on arrive plus au kilo de patate que de coton) et 25 litres pour fabriquer un litre de bière (que cela ne vous encourage pas à boire plus de bières, bande de filous).

Par ailleurs, on estime que les cultures de coton, qui recouvrent 2,5% des terres cultivées mondiales, représentent 25 % des insecticides et 10 % des pesticides utilisés. Si en Europe c’est en Grèce ou en Espagne que l’on retrouve ces productions, ce sont surtout les sols africains (au Burkina Faso notamment), qui subissent les effets négatifs de cette pollution. Et c’est sans compter sur la forte présence de produits toxiques lorsqu’il s’agit d’utiliser le coton à des fins textiles. Si vous le pouvez, je vous encourage à favoriser le coton bio pour vos vêtements, qui a la bonne idée de se passer de tous ces produits…

Test : les cotons démaquillants Lamazuna

Le site sans propose un tas de produits zéro déchet pour remplacer le coton. Mon choix s’est porté sur la marque Lamazuna, dont l’offre m’a paru avoir un bon rapport qualité/prix. De plus, j’ai bien aimé la présentation, avec la boite de rangement en bois (même si en vrai, pour une salle de bain ce n’est pas ce qu’il y a de plus judicieux, à garder éloigné des flaques).

Voici mon retour d’expérience en images :

À noter que pour cette marque (mais certainement pour d’autres également), on peut utiliser également les deux faces du disque. C’est même recommandé en fait.

La texture est faite pour accrocher les matières et, comme on peut le voir dans la vidéo, celles-ci partent très facilement. Il n’est donc pas nécessaire d’utiliser de démaquillant.

Les huiles végétales comme démaquillant

Pour l’instant j’ai un flacon venant de chez Yves Rocher à terminer, mais je compte ensuite n’utiliser plus que des huiles végétales, qui sont déjà présentent dans ma salle de bain pour leurs nombreuses vertus. Ces produits gras nettoient à merveille le visage, tout en apportant une couche d’hydratation à la peau. Laquelle choisir ? A priori, toutes les huiles végétales feront l’affaire, donc si vous en avez déjà une chez vous, allez-y ! On peut même les utiliser sur les yeux (à associer à de l’eau de bleuet pour les yeux sensibles).

En pratique, certains huiles sont particulièrement recommandées :

Huile de jojoba (à droite) et de ricin (à gauche), excellente pour démaquiller tout en nourrissant la peau.

  • huile de ricin : on peut la mélanger avec de l’huile d’olive en modifiant le ratio en fonction de son type de peau, c’est-à-dire avec un plus grosse proportion d’olive en cas de peau sèche et au contraire plus de ricin en cas de peau grasse.
  • huile de jojoba  : particulièrement appropriée pour les peaux riches en sébum, car cette huile viendra naturellement le réguler.
  • huile de noyau d’abricot : a la propriété d’éclairer et assouplir la peau
  • huile d’amande douce : recommandée pour les peaux sensibles et irritées
  • huile de chanvre : bien adaptée en cas de rougeurs et couperose

N’hésitez pas à faire des essais, voire des mélanges. Il est d’ailleurs préférable d’alterner entre les huiles, de manière à ce que votre peau bénéficie au mieux de leurs propriétés.

À vous la parole

crédit photo : freepik

Avez-vous essayé d’autres marques de lingettes ? Quelle est votre huile végétale favorite ?

 

Mouchoir en tissus : pourquoi et lesquels choisir ?

battle_mouchoirs_zéro_déchet

crédit phot : netzanette

Après analyse poussée de ma poubelle de salle de bain (avec un rapport d’étude complet  trouvé le coupable, celui qui remplissait ladite poubelle de manière frénétique : le mouchoir en papier. Avec la pollution propre aux grandes agglomérations, mon petit nez requiert un nettoyage fréquent, mais à quel prix ? J’ai décidé de retrousser mes manches en m’attaquant au cœur du problème, et au risque de passer pour une rétrograde, j’ai adopté le mouchoir en tissu !

Je vous propose un petit topo sur la fabrication des mouchoirs en papier + mon retour d’expérience sur deux marques de mouchoirs en tissu.
lire la suite

Recette du déodorant maison selon la famille zéro déchet

test_deodorant_maison_famille_zero_dechet_produit

Anti-transpirant ? Déodorant ? Quelle est la différence et comment fonctionnent t-ils ? Mais surtout comment éviter tous les produits nocifs qui se trouvent dans beaucoup de produits proposés en supermarché ? Pour notre santé et le bien-être de la planète, pourquoi pas passer au déodorant fait maison ? Je vous propose de tester une recette issue de La Famille zéro déchet (lien affilié).
lire la suite

Comment faire son dentifrice maison

dentricie_maison

On continue de remplacer peu à peu les produits de la salle de bain, avec aujourd’hui une recette de dentifrice maison.
Si la préparation ne posera sans doute aucun problème à qui que ce soit, il faudra peut-être à certains un peu de temps pour s’habituer à son goût. Quelques jours suffiront à adopter cette préparation écologie et sans trucs bizarres à l’intérieur !
lire la suite

La vie secrète d’une brosse à dents

ecobamboo_brosse_à_dents

Pourquoi réfléchir au choix de notre brosse à dent ?

La première brosse à dent en plastique a été lancée par une société Américaine en 1938. Il faudra attendre 1960 pour la voir la mise en vente de son équivalent électrique. Pouvez-vous imaginer combien de ces petites choses ont été fabriquées depuis ? Difficile à concevoir n’est-ce pas ?
lire la suite

Le savon de Marseille, sous toutes ses formes

mid_ecologie-citadine_couverture_savon_de_marseille_mid

Avez-vous du savon de Marseille chez vous ? Très connu pour ses vertus naturelles et écologiques, ce petit coquinou n’a fait son entrée en ma demeure que depuis un an environ. Et pourtant je suis née et j’ai grandi en Provence. Je me demande bien comment j’ai fait pour passer à côté pendant toutes ces années… Peut-être qu’il était tellement commun dans le paysage que je n’ai pas pensé à m’y intéresser de plus près.

Et pourtant, quelle découverte incroyable ! Depuis je ne peux plus m’en passer et j’en offre régulièrement autour de moi. Le Savon de Marseille propose des solutions sympas pour la planète et à prix mini dans plein de domaines : salle de bain, cuisine, entretien du linge, etc.

lire la suite