Je n’ai pas pu m’en empêcher, j’ai recommencé…

Si vous suivez régulièrement les aventures de ce blog, vous connaissez surement mon amour inconsidéré pour les cheesecake. Je pourrais même parler d’une passion destructrice. Et oui, quand on a une intolérance aux produits laitiers et malgré de gros efforts pour gérer au mieux mon alimentation en prenant en compte ce paramètre, il m’arrive de faire des écarts qu’il faut ensuite « payer ». Et c’est exactement ce qui se passe avec ce délicieux dangereux dessert, que mon ventre, lui, n’aime pas du tout.

Cuisiner un bon cheesecake végétalien ne serait-il qu’un rêve de licorne ?

Une certaine naïveté

Vous savez aussi peut-être que pour réconcilier une bonne fois pour toutes mon petit bidon avec ce plat, j’ai tenté, plus d’une fois, d’en cuisiner des versions végétaliennes. S’en ai suivi plusieurs désastres culinaires, dont ce fameux cheesecake de l’espace, qu’il serait certainement plus sage d’oublier

Et pourtant, cela n’a pas suffi à me décourager. Pleine d’espoir et de motivation… j’ai recommencé. En faisant du tri dans les livres de recettes et magasines, je suis tombée sur cette recette à base de tofu soyeux avec un coulis à la framboise par-dessus. Honnêtement, il avait l’air super appétissant sur la photo (je savais pourtant déjà qu’il ne fallait pas toujours se fier à la couverture pour juger un livre, mais il faut croire que la leçon n’est pas encore bien intégrée). Alors, je me suis lancée !

Le retour de la triste réalité

Bon, déjà à la préparation, les difficultés ont commencé : le gateau en question demandait de préparer trois couches différentes, qu’il fallait chaque fois faire cuire (donc trois fois plus de chances de se planter à la cuisson), puis laisser reposer un certain temps avant d’attaquer la suivante. Autant dire que la préparation entière m’a pris un temps fou. La première épaisseur (un croustillant de spéculoos au fond) m’a paru acceptable. La seconde couche (le cheeseckae a proprement parler) a été un peu moins convaincante, car si elle ne semblait pas cuite du tout à la fin du temps imparti, son séjour prolongé dans le four ne lui a pas réussi non plus : résultat, un peu trop cuit. Et la couche finale (une sorte de crème/coulis) lui a été fatale. Bon j’avoue avoir commis une erreur stratégique de taille : j’ai quand même utilisé cet arôme de framboise qui restait dans mon placard et dont la date de péremption était dépassée. Mais surtout le mélange yaourt + crème de soja cuit avec de l’agar-agar n’a pas du tout donné l’effet escompté.

Je vous laisse admirer la bête en image :

J’ai personnellement arrêté net ma dégustation après 3 bouchées (pour être bien sûre). Mon copain a apprécié la couche de spéculoos qu’il avait débarrassé des couches supérieures. Le reste a fini direct à la poubelle. Pour résumer, c’était dégeu. 😒

La lumière au bout du tunnel

Et, non, toujours pas, mais après avoir cumulé autant d’échecs, je n’ai pas abandonné. Quelque temps auparavant, j’avais vu cette vidéo du blog Et pourquoi pas Coline, qui avec un certain Hervé se sont lancés dans un cheesecake vegan aux poires. Et là j’ai vu la préparation de mes propres yeux (mais le montage peut être trompeur) et surtout le visage des deux protagonistes, croquant à pleines dents dans leur préparation avec le sourire (des talents d’acteurs méconnus ?). Voici la vidéo en question :

J’ai décidé de tenter le tout pour le tout en reproduisant cette recette, sous le regard mi-sceptique, mi-horrifié du chéri qui savait qu’il allait (encore) servir de cobaye à la dégustation. Et en plus, je n’avais plus de poires… donc j’ai adapté avec des pêches aux sirops.

Clairement, comparé au précédent essai, la préparation était beaucoup plus simple : tout mixer dans un plat en commençant par les liquides, tout cuire, puis laisser reposer quelques heures au frigo. Cela semblait être dans mes cordes.

Voilà le résultat en image :

TADA !!! Et oui, je l’ai fait ! J’ai réussi à faire un cheesecake végétalien !!!! Comme quoi la perseverance ça paye. Dans les trucs que je me note : le faire cuire légèrement moins longtemps pour avoir plus encore de moelleux (j’avais laissé plus longtemps qu’indiqué… encore) et surtout utiliser un moule plus petit pour avoir un gateau plus épais.

Voici la recette issue du blog de Coline :

Pour la base :
150G de Speculoos (j’ai mis de Petit brun extra de Lu à la place)
2 cuillères à soupe de margarine

Pour la garniture :
250 g de tofu soyeux
250 g de tofu ferme
60 g de sucre
200 g de poires au sirop (ou pêches dans mon cas)
3 cuillères à soupe de crème végétale (soja ou d’amande)
4 cuillères à soupe de purée de noix de cajou ou d’amande
2 cuillères à coup de fécule (maïzena, pomme de terre, arrow root…)
Des tranches de fruits pour décorer

Et la question ultime: est-ce que cela avait le goût d’un cheesecake ? Je dois avouer que non, pas exactement… Ce n’est pas forcément grave, car c’était quand même très bon et on avait quand même une certaine similitude dans la texture. Pour l’instant je vais donc me satisfaire de cette petite victoire. 🙂

À vous la parole

micro_freepik

crédit photo : freepik

Et vous, quelle est la recette que vous rêvez de faire/réussir ? Dites le nous dans les commentaires, lancez vous et revenez nous dire quel a été le résultat !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *