Le cloud et le monde des Bisounours (ou comment on nous prend pour des quiches numériques)

Le cloud, la dématérialisation… sauvons la forêt et les pandas, quel monde merveilleux, vivent les nouvelles technologies.
HA HA HA
La blague.

ecologie_citadine_cloud_bisounoursJe ne traiterai pas de l’aspect confidentialité des données et respect de votre vie privée, qui sont un sujet à part entière sur lequel vous trouverez sûrement plein de détails par ailleurs.
Je passerai sur l’impact environnemental de votre ordinateur et de celui des entreprises qui ont émis vos données, sur le coût caché de toutes les requêtes que vous allez faire et refaire pour retrouver celles-ci, ou pire si vous en venez à imprimer certains des documents précieusement conservés (double effet Kiss Cool !), pour ne m’attarder que sur un seul sujet : le stockage.

Et oui, car vos photos et votre musique ne sont pas réellement dans les nuages, tels de petits anges innocents, elles sont stockées grâce à des objets bel et bien réels et sacrément énergivores, j’ai nommé : les datas center (ou centres de données).

Le vrai visage du nuage

Donc en vrai, le cloud, ça ressemble à ça :

10 000 m2 de serveurs dans un data center de l'Iowa. (crédit photo : Google)

10 000 m2 de serveurs dans un data center de l’Iowa (crédit photo : Google)

Des salles entières de serveurs à perte de vue, c’est-à-dire du matériel qu’il a fallu fabriquer, qu’il faut entretenir et qu’il faudra recycler (idéalement) en fin de vie. Mais surtout, du matériel consommateur d’électricité. Comme vous avez pu le constater chez vous, un ordinateur utilisé, ça chauffe. Donc pour éviter que toutes vos photos ne partent en fumée, une énergie monstre est utilisée par refroidir ces salles et y garantir une température basse en permanence, en plus de l’alimentation standard, de l’éclairage de la salle, etc…

Un problème qui vient de notre consommation

Il serait facile de critiquer les vilains fournisseurs qui construisent tous ses data center. Hors s’ils ne sont certainement pas exempts de tout reproche, force est de constater que ces derniers font de gros efforts pour améliorer l’efficacité énergétique de leurs services, ne serait ce que pour l’attrait financier de la chose. Les serveurs sont ainsi capables de contenir de plus en plus de données, avec un temps de réponse de plus en plus rapide, pour une consommation de plus en plus faible.

D’un autre côté il y a notre consommation. L’internaute veut accéder instantanément à ses données et que celles-ci soient sécurisées. Pour répondre à ce besoin, le web utilise « la redondance des informations ». Il s’agit de copier-coller les mêmes contenus en différents endroits, de les démultiplier. Ainsi, si l’un des serveurs tombe en panne, une sauvegarde viendra prendre le relais. Ainsi, les informations d’un site basés aux États-Unis seront dupliquées sur un serveur en France (et un tas d’autres endroits partout dans le monde), afin que celles-ci soit rapidement accessibles depuis la métropole.
Par ailleurs nos contenus sont de plus en plus lourds (le poids moyen d’une photo ou d’un film est en constante croissance) et surtout de plus en plus nombreux.

Voici une vidéo qui reprend bien ces différents aspects :

Le Cloud est-il Green by l’AGIT par alliancegreenit

Mais alors qu’est-ce qu’on fait ?

  • Déjà on arrête d’utiliser le cloud, au moins à titre personnel, quitte à s’offrir un ou deux disques durs externes qui répondent bel et bien à nos besoins. Personnellement j’utilise un mac, qui permet de faire très facilement une sauvegarde de tout mon ordinateur sur un disque dur. Non, même avec un Mac ou un iPhone, rien ne vous oblige à utiliser le cloud, même si Apple vous y incite avec un peu trop d’instance, il suffit de bien faire vos réglages.
  • Ensuite on fait du tri dans ses données, boite de messagerie en particulier : on efface tous les mails en attente depuis l’an 40 ou toutes ces publicités archivées automatiquement qu’on ne lira jamais. On efface également tous les mails lus depuis longtemps qu’on n’ouvrira plus jamais. On télécharge surtout ceux qui contiennent des pièces jointes sur un support fixe (uniquement si on en a l’utilité) et on se débarrasse des supports initiaux.
  • Éventuellement on se désabonne de toutes les listes mailings auquel on est abonnés (souvent contre notre gré) et dont on ne fait aucun usage. On peut notamment utiliser des sites comme https://unroll.me/, qui repèrent toutes nos inscriptions en quelques clics.
  • On supprime tous les dossiers de partage qu’on a créés, une fois qu’on a fini de les diffuser, si on utilise des espaces de stockage commun.

Pour résumer

Le cloud ce n’est pas magique, les informations sont stockées et démultipliées dans des datas center, très gourmand en énergie.
Pour optimiser notre consommation, limitons nos données stockées sur le web en supprimant ce qui peut l’être et en préférant les sauvegardes locales.

Pour aller plus loin

Avez-vous trouvé cet article utile ? Aviez-vous déjà songé au stockage de vos données en ligne ?
Et vous, quels sont vos usages ? Utilisez-vous le cloud ?
Seriez-vous intéressés par un défi commun pour optimiser nos contenus ?
Je serai ravie d’avoir votre partage d’expérience dans les commentaires !

8 Comments

  1. Lorsque ma vie entière est partie en fumée, c’est le cloud qui m’a permis d’avoir aujourd’hui tous mes documents, mes photos… On peut me voler mon ordinateur, je peux le perdre, il peut bruler, son disque dur peut griller… Je peux même ne pas avoir mon ordinateur pour consulter tous mes documents, mes photos… La musique les films pas grave, eux je les retrouverai rapidement…. mais tout ce qui m’est personnel…

    Alors oui, le cloud consomme de l’énergie… Amusant de critiquer lorsque l’on a un site internet hébergé (donc en cloud) et que l’on veut vivre grâce à Facebook…

    Ce site critique, mais utilise un service tout aussi consommateur que mon cloud. Moi, le cloud m’a permis de retrouver ma vie. La page de ce site, je m’en passerai bien surtout lorsqu’il s’agit de critiquer notre façon de vivre pour entretenir une façon de voir les choses et de consommer tout autant d’énergie.

    Je ne retiendrai d’intéressant que le tri des mails qui là, oui, apporte un vrai gain comme le fait de se désabonner de toutes ces pages inutiles et futiles…

  2. L’autre jour, j’ai testé un autre site qui proposait de nettoyer sa boîte mail, mais la démarche n’a pas du tout été efficace. Je viens de tester unroll.me, j’espère que je serai moins polluée.

    Tu as raison de remettre les pendules à l’heure avec cet article ! Evidemment, on ne peut pas être irréprochable, mais ce n’est pas parce qu’on ne peut pas l’être qu’il n’est pas possible de faire des efforts sur certains points.

    Ne pas pouvoir être écolo à 100%, ne veut pas dire qu’on doit rester à 0% ! 😉

    Nos métiers sont de plus en plus digitalisés, ainsi que notre vie perso d’ailleurs. Pour remplacer le cloud, le disque dur externe est une bonne solution. Et pour ceux qui ont peur de perdre « toute leur vie », ils peuvent aussi régulièrement enregistrer leurs données dans un disque dur qu’ils mettront ailleurs (famille ou autre).

    Merci pour ce rappel, la planète en a besoin !

    • C’est à dire ? C’était le site qui se chargeait de vider notre boite ? Ca peut fonctionner pour les pub, mais le reste je crains qu’il ne faille le faire manuellement (ou prendre de bonnes habitudes pour ne pas en rajouter)…
      Et merci pour ton commentaires ! C’est vrai que le digital est partout, ce qui a plein d’avantages, cela dit autant essayer au mieux de limiter notre impact.

  3. Oui, je ne sais plus quel site c’était mais il avait analysé le nombre de mails dont je pouvais me débarrasser et il me proposait non seulement de me désinscrire mais aussi de supprimer tous les mails de chaque abonnement. Mais j’ai fait la manip 2 fois et ça n’a rien donné… :/

    • Je vais tenter, merci pour l’info. J’avoue qu’à l’usage, je n’ai été qu’à moitié convaincue par l’autre également. Il m’a desinscrite de certains listes auxquelles je savais avoir souscris, mais pas aux listing sur lesquelles j’ai été ajoutée par défaut (probablement des reventes de contacts)… Si tu trouves un autre outil plus efficace, je suis intéressée. En attente je continue de me désinscrire manuellement.

  4. J’ai aussi testé cleanfox, bon au final vu que je fais très régulièrement le tri, ça ne m’a pas servi à grand chose !
    Moins y a de mail, mieux c’est ! 🙂
    J’aime quand les choses sont claires et visuelles ,du tout moins y en a , plus c’est aéré et clair 🙂

    • Oui j’avoue que la différence est pas drastique, mais c’est déjà ça. Il existe peut-être d’autres outils plus performants ?
      Effectivement, c’est également mieux pour l’organisation et la clarté d’esprit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *