L’œuf ou la poule : infographie pour décortiquer l’origine des oeufs

Qui dit petits gestes quotidiens, dit prise de conscience. L’une des premières choses à faire pour faire de meilleurs choix de consommation est de savoir ce que nous achetons.
Aujourd’hui, nous allons aborder les œufs. C’est très facile, car même sans boîte, toutes les informations dont nous avez besoin sont tamponnées directement dessus. Pratique.

Pour vous, j’ai mené l’enquête (je suis allée dans un rayon où on vendait des œufs quoi – je vous en prie), où j’ai photographiés deux produits différents. L’un est proposé par une marque distributeur, l’autre comporte un label agriculture biologique. Alors, que nous disent ces œufs ?
deux_oeufs_ecologie-citadine

  • Tout d’abord un chiffre : 0 à gauche, 3 à droit → il s’agit de la catégorie. Nous verrons un peu plus bas ce que cela signifie.
  • Ensuite deux lettres : FR → celles-ci indiquent la provenant, dans ces deux cas la France. On aurait aussi pu y trouver ES, pour Espagne, BE pour Belgique ou encore CH pour la Suisse.
  • Puis une série de lettres/chiffres : SEV01 et VBE12  → ce sont les codes du producteur, qui comportent toujours trois lettres pour le site d’élevage et deux chiffres qui indiquent le bâtiment.
  • DCR → date de consommation recommandée. Si vous avez un doute, plongez votre œuf dans de l’eau, s’il coule c’est bon, s’il flotte cela signifie qu’il y a de l’air à l’intérieur et qu’il faut le jeter.
  • Pondu le → euh, ben c’est le jour où le produit est sorti de la poule. On remarque que cette information n’est pas stipulée sur le produit de gauche (non obligatoire), mais aurait pu être déduite, car la DCR est toujours 28 jours après la ponte.

Maintenant, regardons d’un peu plus près les fameuses catégories :

infographie_ecologie-citadine_oeufs

Cliquer sur l’image pour la voir en grand.

Et voilà, vous savez tout ! À vous maintenant de choisir, en votre âme et conscience, quelle est l’œuf qui vous convient.
Le choix des végétaliens/végans  est celui de ne pas du tout consommer ce type de produit. Ce qui se comprend notamment pour les conditions de vie de ces chers gallinacés, qui restent dans des espaces confinés dans tous les cas (et dire que les Parisiens se plaignent de la taille de leurs logements), même lorsqu’ils ont accès à l’extérieur : la réglementation prévoit 4 ou 5m2 par poule, ce qui est déjà pas mal pour prendre le soleil, mais limite les possibilités de jouer à poule perchée entre copines. Et je vous passerai tous les détails trop affreux genre mutilation des becs, durée de vie très limitée (et non pas de retraite bien méritée à l’approche de la ménopause) et broyage intempestif des poussins mâles. Me concernant, je ne me sens pas encore capable de renoncer totalement aux œufs, mais j’avoue qu’il y a de quoi se poser sérieusement la question.

Et puisqu’il s’agit d’un article très imagé, je terminerai sur l’anatomie d’un œuf,  c’est toujours bon à savoir.
À noter que, comme vous l’avez sûrement appris lors de votre plus jeune âge, pour faire un bébé il faut un papa et une maman (j’espère que vous le saviez !). Hors, madame poule pondeuse, quelle que soit sa catégorie, a rarement l’occasion de faire des rencart amoureux avec de beaux mâles (des moches non plus d’ailleurs), rendant impossible tout.. hum, « rapprochement ». Autrement dit, les œufs de provenance industrielle ne sont jamais fécondés : pas de futur petit poussin à l’intérieur ! Et oui, ce que nous consommons est donc l’équivalent journalier des menstruation des gallinacés (quelqu’un leur a parlé des cup ?). hi hi hi.

crédit photo : explora TV

crédit photo : explora TV

6 Comments

  1. Excellent article ! Pédagogique et drôle ! Et d’ailleurs, ça me rappelle qu’on se fait facilement avoir quand on achète des œufs au marché. On pense souvent que quand on va au marché, on a des bons œufs de la ferme, avec des petites poulettes qui courent partout… Et quand on regarde le code sur l’œuf, on se rend souvent compte que c’est un œuf de poules élevées en batteries… J’avais vu un reportage avec un journaliste qui faisait plusieurs marchés différents, et c’était quasi systématique. De ce fait, j’ai vérifié par moi-même, et je confirme : la grosse ARNAQUE !!! 🙁

    • Oui malheureusement marché n’est pas toujours synonymes de produits de bonne qualité. J’en ai fais les frais en découvrant que la plupart des commerçants de celui qui se trouve près de chez moi se fournissent en fait à Rungis, donc aucune garantie qu’il s’agisse de produits locaux….

  2. Moi, j’achète toujours un oeuf 0FR !
    Sinon, merci pour le partage de l’anatomie d’un oeuf ! C’est toujours bon pour la culture Générale 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *