Recette du déodorant maison selon la famille zéro déchet

Anti-transpirant ? Déodorant ? Quelle est la différence et comment fonctionnent t-ils ? Mais surtout comment éviter tous les produits nocifs qui se trouvent dans beaucoup de produits proposés en supermarché ? Pour notre santé et le bien-être de la planète, pourquoi pas passer au déodorant fait maison ? Je vous propose de tester une recette issue de La Famille zéro déchet (lien affilié).

Au fait, c’est quoi un déodorant ?

Contrairement à un anti-transpirant et comme l’indique son nom, un déodorant ne va pas directement agir sur la sudation, mais bien sur l’odeur qui en est issue. À savoir que ce doux parfum qui se dégage de vos aisselles (et les filles quand elles vont aux toilettes, elles font que des arcs-en-ciel, comme les licornes, ndlr) ne vient pas directement de la transpiration, mais des bactéries qui s’en nourrissent. En effet, la sudation est au départ inodore, mais l’environnement humide créé à la surface de la peau favorise la prolifération des bactéries (et elles n’ont pas pris de douche depuis longtemps, elles).

Le déodorant va donc vouloir agir sur ces  bactéries, pour limiter les flacheuses conséquences de leur présence.

L’anti-transpirant lui va en gros tout boucher, pour empêcher la sueur de sortir, ce qui en fait n’est pas forcément une bonne idée. Rappelons que c’est un phénomène naturel, servant à réguler notre température corporelle, éliminer déchets et toxines de notre métabolisme et protéger notre peau par la création d’un film hydrolipidique. Donc, mieux vaut laisser les glandes sudoripares faire leur travail et éviter de recourir aux anti-transpirants.

Nombre de déodorants vendus dans le commerce comportent de nombreux ingrédients notablement nocifs pour notre santé : chlorhydrate d’aluminium (y compris dans la pierre d’alun),  triclosan ou encore alcool, qu’on préférerait aussi éviter.
Sachant tout cela, l’alternative du déodorant fait maison m’a parue fort attractive.

Enfin, n’oublions pas que l’alimentation a une influence directe sur les odeurs dégagées par notre peau, en fonction de l’acidité de ce que nous mangeons. Tous les produits d’origine animale (viande, poisson, laits..), les sucres (d’autant plus s’ils sont raffinés) vont directement augmenter l’acidité de notre corps (ce qui rend la digestion plus difficile également), tandis que les fruits et légumes (verts en particulier) vont venir alcaliniser et donc rétablir un pH optimal.

Les ingrédients

Voici les produits proposés :

Huile végétale de coco – 40 grammes : l’huile de coco a des propriétés protectrices et adoucissantes pour la peau et va également donner sa douce odeur au déodorant. Elle va également contribuer à former l’aspect crème/baume de la préparation, une fois solidifiée.

Cire de soja – 10 grammes : utile pour créer un aspect baume et donc faciliter l’application, cette cire va apporter sa capacité filmogène (c’est-à-dire créer un film protecteur).

Bicarbonate de soude – 30 grammes : le bicarbonate de soude est un agent déodorant et alcalinisant. En effet, il a la bonne idée de neutraliser les bactéries et de compenser l’acidité. C’est donc le produit par excellence à utiliser dans un déodorant, à tel point que certaines personnes l’utilisent seul pour répondre à ce besoin.
En supermarché on le retrouve en général au rayon des sels et épices.

Huile essentielle de tea tree (et palmarosa en option) – 15 gouttes : ici nous avons utilisé uniquement du tea tree, qui a des vertus antibactériennes. Parmi les autres huiles proposées par le livre (il propose de mettre 15 gouttes en tout, de 3 huiles différentes au maximum), j’ai retenu également celle de palmarosa, que je n’avais malheureusement pas en stock ce jour-là. Egalement antibactérienne, elle a la réputation de particulièrement bien capter les mauvaises odeurs.
Précaution pour les périodes de grossesse, l’HE de palmarosa est à éviter, tandis que celle de citron pourra être réintroduite à partir du 4ème mois..

La vidéo

Et sans plus tarder, place à la vidéo pour la réalisation :

Retour d’expérience

Pour l’application, rien à redire. Suite à la vidéo, j’ai mis un moment la préparation au frigo pour qu’elle reprenne une forme un plus solide. Le résultat est une sorte de crème très facile à récupérer (j’ai dédié une spatule en bois à cet effet) et à étaler sur la peau. Cela se dépose très bien sur la peau, sans faire de sensation collante ou autres effets dérangeants. Je n’ai pas non plus remarqué de problème par rapport aux vêtements, donc vraiment nickel.

En ce qui concerne l’odeur, ce qui est quand même notre question principale, le déodorant sent bien le tea tree à l’application. Je n’aimais que moyennement au départ, mais je m’y suis vite faite. De plus, cette odeur s’évapore assez rapidement et ce qui reste est plutôt celle de coco (cela reste léger, il faut coller son nez dessus pour la sentir).

J’ai essayé cette recette lors de journée « normales » ou bien avec séance de sport incluse. Dans les deux cas le résultat est le même, ce qui me fait dire que le mélange agit bien. En gros cela fonctionne bien, mais je peux recommencer à avoir des odeurs en fin de journée. J’ai remarqué que j’avais moins cette réaction quand j’étais bien épilée (ce que je ne fais pas toujours). Donc c’est vrai que si on a une soirée prévue, il faut envisager d’en remettre en peu. De plus, je suis assez confiante sur le fait qu’en y associant de l’huile essentielle de palmarosa (que je n’avais pas sous la main ce jour-là, nldr) l’action sera d’autant plus puissante.

Pour moi c’est donc un succès et j’ai adopté cette préparation dans mon quotidien. J’ai même mis le surplus que j’avais dans un second plus petit pot, qui me sert en cas de déplacement.

Petite astuce pour terminer : on peut également utiliser des eaux florales comme déodorant, celles de fleurs d’oranger et d’hamamélis ayant des vertus particulièrement adaptées à cet usage.

D’autres recettes DIY en cliquant sur ce lien.

À vous la parole

crédit photo : freepik

Et vous, c’est quoi votre dentifrice ?

6 Comments

  1. Hello,

    J’utilise un duo un peu similaire depuis plus d’un an (huile de coco, maïzena bio, bicarbonate et HE de Palmarosa). C’est le top du top pour moi par rapport à tous les déos industriels que j’ai pu utiliser dans le passé.
    J’en mets le matin seulement et si je sors le soir, par précaution, j’en remets un peu. Le seul inconvénient c’est quand il fait chaud…huile de coco refond et du coup il faut garder le déo au frigo. Il est tellement efficace que ça ne me fait pas revenir en arrière. Sans parler que ça ne coûte rien comparé aux industriels qui te vendent ça une fortune !!!!
    Alors n’hésitez pas… Sortez vos ingrédients et au boulot ; y’en a pour 5 minutes de fabrication 😉

    • ah effectivement je n’ai pas eu encore l’occasion de tester en milieu chaud.
      Par contre j’ai vu en milieu très froid, la préparation était plus figée et « granuleuse », mais j’ai tout de même pu l’appliquer facilement.
      Oui niveau prix, on réalise une vraie économie !

  2. bjr moi pareil avec mon mari on utilise désormais ce déodorant depuis quelques semaines c’est le plus efficace que j’ai jamais testé je penses aussi que je vais en faire pour en offrir à ma famille tellement je suis bluffée !

  3. Pingback: 3 recettes detox naturelles du matin

  4. Pingback: Bataille littéraire : la famille zéro déchet vs. Béa Johnson

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *