Environnement et gouvernement : tendances 2017

Que fais le gouvernement ? En 2016 il semble que la question environnementale ait été particulièrement sur le devant de la scène, au niveau français et international. Buzz médiatique de courte durée, ou véritable intention des pouvoirs publics ?

Je vous propose, en toute modestie, un récapitulatif des points qui ont marqués l’année passée et ceux avec lesquels nous entrons dans l’ère 2017.

Le bilan des grandes actions 2016

La loi sur la transition énergétique

L’objectif est de limiter les dégâts relatifs aux dérèglements climatiques. On attend espère atteindre 50 % de réduction globale de la consommation (comparé aux chiffres de 2012), d’ici 2015, réduire de moitié les déchets mis en décharge d’ici 2025, ou encore réduire l’utilisation d’énergie fossile de 30 % d’ici 2030. Cliquer ici pour voir la brochure du ministère de l’environnement qui présente les moyens envisagés.

Création de l’agence française pour la biodiversité, de la nature et des paysages

Active dès le 1er janvier 2017, elle regroupe l’office national de l’eau et des milieux aquatiques (Onema), l’agence des aires marines protégées (et les parcs naturels marins) les Parcs nationaux de France (PNF) et l’Atelier technique des espaces naturels (Aten). Ses ambitions s’appuient sur quatre axes : la mobilisation citoyenne, la biodiversité marine, la résilience des territoires et la qualité de l’eau. Pour l’instant, les actions concrètes annoncées consisteraient surtout à faire des études et informer. Voir la brochure officielle du ministère.

Accord de Paris à la Cop 21

Plébicité comme une réussite, il semble que de nombreux points restent à éclaircir. Par exemple, ces accords seront-ils bel et bien respectés ? Les actions sont-elles claires et suffisantes pour atteindre les résultats attendus ? Pour ne citer que l’exemple des États-Unis, le nouveau président n’a pas donné l’impression de vouloir aller dans le sens des accords pris par son prédécesseur. En France, on peut imaginer que le scénario prendra différentes directions selon le résultat des prochaines élections. Lire le rapport des engagements nationaux de la France.

Les actions concrètes pour 2017

Les principales mesures gouvernementales qui entrent en vigueur au 1er janvier 2017 :

Crédit photo : qqf.fr

  • Remplacement des sachets en plastique pour les fruits et légumes par des sacs biodégradables et compostables. Sur ce sujet, voici une infographie sur les différents types de sacs plastiques et leurs impacts.
  • Interdiction de recourir aux pesticides pour l’entretien des espaces verts des  collectivités
  • Les énergies renouvelables bénéficient de nouveaux dispositifs de soutien financier.
  • Lancement d’appel d’offre pour développer la méthanisation (revalorisation des gaz issus des déchets organiques) et l’hydroélectricité.
  • Emissions d’obligations d’État vertes pour soutenir la transition énergétique et écologique.
  • Extension de la prime à la conversion des véhicules diesel maintenant également aux véhicules utilitaires légers. (10 000 €)
  • Instauration d’un bonus écologique de 1000 € pour les deux roues et trois-roues électriques.
  • Obligation pour les garages de proposer des pièces détachées d’occasion pour favoriser leur recyclage.
  • Les prix à la pompe de l’essence et du gazole se rapprochent : +1 centime d’euro par litre pour le gazole et -1 centime d’euro par litre pour l’essence.
  • Prolongation du crédit d’impôt transition énergétique (CITE), qui permet aux particuliers de bénéficier d’un remboursement de 30 % du montant des travaux de rénovation énergétique pour leur logement principal. Celui-ci est désormais cumulable avec l’écoprêt à taux zéro.

Pour plus d’information, vous pouvez consulter le communiqué de presse officiel.

Cela suffit-il ?

Ces actions seront-elles suffisantes ? J’ai beau être très intéressée par la défense des animaux et l’écologie en général, quand j’ai appris il y a peu de temps que ces 40 dernières années, 58 % des invertébrés ont DEJÀ disparus de la planète, je n’y ai pas cru. J’ai argumenté que cela ne pouvait être que des prévisionnels, avant de me renseigner. Mais non, c’est déjà notre réalité. Et ce n’est qu’une facette du problème. Voici la vidéo avec les chiffres :

Objectivement, le meilleur moment pour protéger la planète, c’était il y a 40, 100, 200 ans, dès le début de l’ère industrielle en fait. Pour cela, il est déjà trop tard. Heureusement, le second meilleur moment pour agir, c’est MAINTENANT !

Alors, je suis très contente de voir que le gouvernement fini par s’y mettre, mais je ne pense pas que cela soit suffisant, pour de nombreuses raisons (résistance au changement, lenteur de mise en application, etc.). C’est pourquoi c’est à chacun de nous de faire la différence ! Pour avoir quelques idées, consulter la page Par où commencer de ce blog.

À vous la parole

crédit photo : freepik

 

Laquelle de ces actions 2017 vous paraît la plus pertinente et pourquoi ?

3 Comments

  1. Pingback: Réchauffement climatique : faut-il paniquer ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *