Mouchoir en tissus : pourquoi et lesquels choisir ?

crédit phot : netzanette

Après analyse poussée de ma poubelle de salle de bain (avec un rapport d’étude complet  trouvé le coupable, celui qui remplissait ladite poubelle de manière frénétique : le mouchoir en papier. Avec la pollution propre aux grandes agglomérations, mon petit nez requiert un nettoyage fréquent, mais à quel prix ? J’ai décidé de retrousser mes manches en m’attaquant au cœur du problème, et au risque de passer pour une rétrograde, j’ai adopté le mouchoir en tissu !

Je vous propose un petit topo sur la fabrication des mouchoirs en papier + mon retour d’expérience sur deux marques de mouchoirs en tissu.

La fabrication des mouchoirs en papier

Apparemment, pour fabriquer des mouchoirs en tissus, il faut deux machines :

  • une qui coupe la trame de papier en rectangle + les plis de manière à ce que quand on en tire un, un second mouchoir sort par magie
  • une qui mette et ferme le carton autour du paquet de mouchoir.

La machine qui pli les mouchoirs (c’est magique) ! Source : http://www.export-forum.com/

On produirait ainsi de 1000 à 2400 feuilles par minute. C’est fou ! Ouais, je vois avez prévenu que j’étais fascinée par les processus industriels 😀

Bon et comme on s’en doutait, c’est souvent made in China, avec le bilan carbone de transport qui va avec.
La marque Lotus serait principalement fabriquée en France. Je vous mets leur illustration à côté, parce qu’une France en contour papier toilette, ça ne se refuse pas.
Chez Kleenex, pas d’information sur la fabrication, mais de gros efforts faits ces dernières années (il faut dire qu’ils ont été pointés du doigt, parce que pour faire du papier bien blanc et bien doux il faut de préférence de l’arbre fraîchement coupé et de préférence bien millénaire), avec plus d’utilisation de papier recyclé (mais seulement partiellement) et désormais issu de forêts à exploitation durable.

Le bilan de la feuille de mouchoir en papier

Malgré ces efforts, il n’en reste par moins qu’on « use » des arbres pour fabriquer des objets dont l’usage ne dépasse pas les quelques minutes.  À savoir qu’avec un arbre moyen découpé on fait environ 850 boites de 100 feuilles, alors que toujours entier et planté dans la terre ce même arbre transforme 120 kg de CO2 en oxygène par an (ça fait 42 000 km de distance parcourue en voiture). Où est-il le plus utile selon vous ?

Et comme il faut de toute façon de l’eau et de l’énergie pour recycler du papier (et avec une perte), autant utiliser directement de l’eau et de l’énergie chez nous, et en quantité moindre, pour laver des mouchoirs en tissu. Rappelons qu’un bon déchet est un déchet qui n’existe pas.

La battle de mouchoirs

Pour trouver LE mouchoir de mes rêves, j’ai testé deux marques :

Découvrez le gagnant dans cette vidéo :

Hygiène

Pour terminer, un point sur l’hygiène. Si le mouchoir jetable paraît a priori plus adapté sur ce point, cela reste à prouver. Car après tout dans les deux cas on rassemble ses miasmes dans un objet
que l’on va surement toucher plusieurs fois, voire laisser traîner à côté un moment.

crédit photo : Hillary

Et si le rhume n’était plus contagieux depuis l’invention du mouchoir en papier, cela se saurait. hi hi.
Quel que soit votre choix, si vous êtes malade pensez à vous laver les mains régulièrement (à ne pas éternuer sur vos voisins), c’est ce qui limitera le mieux les risques de contamination. Selon les retours que j’ai entendus, l’option tissu serait moins irritante pour le nez, permettant de retarder l’effet Bozo le clown. D’autres trucs sur comment traiter une rhume de façon naturelle en cliquant ici.

En tout cas, pour éliminer toutes traces de microbes de nos chers bouts de tissus, la machine à laver parait bien adaptée (ou bien les faire bouillir), à faire suivre d’un petit coup de fer à repasser pour être bien sûr de ne laisser aucun survivant. Et c’est reparti pour un tour !

À vous la parole

crédit photo : freepik

Et vous, quel type de mouchoirs avez-vous choisi ?

 

6 Comments

  1. j’ai toujours utilisé des mouchoirs en tissu, je ne suis pas une exception : tout le monde fait plus ou moins cela dans mon entourage …
    j’ai de gros mouchoirs d’homme (rayé et à carreaux) pour les gros rhumes et de petits mouchoirs fleuris et vintage à souhait pour une utilisation « normale » .
    Je les trouve dans les vide grenier .. j’aime donné une seconde vie aux objets délaissés…

    • C’est trop cool ça ! Et c’est d’autant plus facile si tout le monde le fait dans ton entourage.
      C’est une très bonne idée d’avoir des modèles à l’ancienne en cas de gros rhume, ainsi que d’aller les récupérer en vide grenier. Je note, merci !

  2. Pingback: Routine naturelle : coton réutilisables et huiles végétales

  3. Pingback: Coton-tiges interdits : comment les remplacer ?

  4. Y’a pas photo, les mouchoirs en tissu sont encore plus antigaspi quand ils sont repris dans les vieilles malles ou confectionnés dans des coupons de tissu de récupération…
    Sinon, en neuf, il y a toujours la ressource inépuisable d’un site marchand qui lui est entièrement dédié : https://merrysquare.com
    Si parmi les plus de 200 références, vous ne trouvez pas votre bonheur, nous on rend notre tablier ! (euh non, nos mouchoirs …)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *