Trousse de voyage (presque) zéro déchet et minimaliste

Alors que beaucoup d’entre nous s’apprêtent à partir en vacances, l’heure approche de faire sa valise. Et va avec l’éternelle question : qu’est ce qu’on met dedans ?
Pour ma part, je déteste porter des trucs et je suis une adepte du sac à dos, alors j’essaie toujours d’aller vers le strict minimum.
Je vous propose ici ma version de la trousse de toilette en mode optimisé et le plus proche possible du zéro déchet.

Tout ce les objets cité dans l’article trouvent leur place dans cette petite trousse. Il ne reste qu’à découper un bout de savon de Marseille et le mettre dans une boite séparée.

Un Savon de Marseille

Comme vous le savez déjà peut-être, je suis une grande adepte du Savon de Marseille, que j’utilise aussi bien dans ma salle de bain que pour faire ma lessive.

En déplacement, c’est toujours le premier objet que j’emporte, car il sert à beaucoup de choses : je l’utilise comme gel douche, comme shampoing, comme dentifrice et comme savon de nettoyage à la main des vêtements si besoin. Et oui, il fait tout ça ! Pour éviter de trimbaler tout le pain, découper une partie suffisante pour le temps de déplacement. Et pour faciliter le transport, même juste après utilisation, je le stocke dans une boite en tupperware que j’ai depuis longtemps (aujourd’hui je favoriserais plutôt l’inox).

De l’aloe vera

Si je me procure cet ingrédient multifonction en grande quantité, je le transporte toujours dans un flacon plus petit que j’ai gardé d’un ancien usage. En plus, cela permet de laisser la grande bouteille au frais, pour prolonger sa durée de vie. Cela dit, je pourrait certainement trouver un autre format, car celui-ci est encore trop grand et je ne le remplis jamais qu’à un tiers (sans compter que c’est en plastique).
L’aloe vera me sert principalement comme agent hydratant, très utile pour le visage, mais également pour le corps en cas de coup de soleil. En effet, il est à la fois hydratant, réparateur et protecteur. D’ailleurs on peut même en mettre en prévention (sur la peau, ainsi que sur les cheveux), car il forme un petit film protecteur).

Du baume du tigre

Je n’aurais pas forcément penser à acheter moi-même cet ingrédient, des petits pots m’ont été offerts par une collègue Singapourienne en visite en France (au moins, j’étais certaine de la qualité). J’ai ainsi découvert qu’il en existant du blanc, du rouge… mais également du jaune et du vert ! Je vous ferai probablement un article dédié pour vous expliquer les différentes variétés et leurs usages, mais globalement ce qui varie est la « force », c’est-à-dire la concentration de camphre et menthol par rapport aux autres ingrédients.

En voyage on peut s’en servir pour : repousser les insectes (ne fonctionne pas pour les plus coriaces cependant), apaiser les piqûres quand vous avez servi de repas à la faune locale (au Costa Rica, cela m’a calmé plus d’une démangeaison !), soulager les muscles/tendons après un effort (un peu comme de l’arnica), mais également atténuer des maux de têtes ou encore dégager les voix respiratoires en cas de coup de froid.

Un baton de siwak

siwak_brosse_à_dents_naturelles_zéro_déchetComme expliqué dans l’article dédié, le siwak peut remplacer la brosse à dents et le dentifrice. Si je reste assez attaché à l’usage de ma brosse au quotidien, on pourrait très bien les remplacer complètement par cette racine très appréciée des dents et des gencives. En ce qui me concerne, j’en prends quand même un, en plus (ça pèse trois fois rien) pour les moments où justement il n’est pas confortable de faire appel à l’attirail complet : dans les transports, en randonnée, en milieu de journée si besoin…

Le déodorant maison

Et la spatule en bois qui l’accompagne, bien sûr !

J’ai réussi à recycler une boite à médicament pour servir de contenant à mon déodorant maison. La quantité est à bien doser pour optimiser le taux de remplissage. 

Franchement, même dans un pays chaud et humide comme le Costa Rica, il a super bien tenu le coup !

Le reste

Quelques pansements + une mini paire de ciseaux : je favorise le format découpable, afin d’utiliser strictement la quantité dont j’ai besoin.

Une huile végétale : elle me sert également d’hydratant et d’agent apaisant, que j’utilise combiné avec l’aloe vera, pour casser l’effet gel. Cela sert aussi d’huile de massage. J’alterne entre celle d’abricot et d’amande douce. Comme pour l’aloe vera, je suis encore à la recherche d’un format de flacon plus petit et je ne prends jamais une bouteille pleine.

Deux/trois mouchoirs : en tissu bien évidemment.

Une brosse à dents : ouais quand même… de préférence recyclée ou recyclable, pour ma part j’ai opté pour le bambou.

Du poivre : dans beaucoup de pays, on peut en trouver sur place dans les restaurants, sinon il est toujours possible de récupérer un petit sachet ici ou là. Il faut savoir que le poivre est un excellent coagulant, idéal en cas de petit bobos.

Deux élastiques, quelques invisibles et un peigne en bois : pour dompter les cheveux, en particulier dans les climats chauds.

Une pince à épiler : j’avoue c’est surtout par coquetterie. En même temps, cela m’a plus d’une fois servi pour retirer des échardes.

Un oriculi : seulement pour les longues expéditions, en général je le laisse à la maison durant les week-end prolongés. Pour en savoir plus sur cet objet cliquer ici.

Et voilà, avec tout cela je suis parée pour toutes les aventures !

Et vous, qu’est ce qu’on trouve dans votre trousse de voyage ?

8 Comments

  1. Alors ça c’est chouette, on a trop tendance à trop en prendre et au final ça nous alourdi plus qu’autre chose.
    Je ne connaissais pas le siwak, où peut-on en trouver ?

  2. Merci pour ces infos pratiques. C’est toujours une corvée de faire sa valise. Je n’aime pas du tout cet exercice. :p

    J’ai bien hâte de voir ton sujet sur les différents baumes du tigre. Je crois qu’en plus il y a des contre-indications pour les enfants et femmes enceintes. Mais je ne sais pas ce qu’il en est vraiment.

    J’utilise un bento à onigiri pour transporter mes différents cosmétiques solides, ce n’est pas idéal mais c’est le mieux que j’ai trouvé. Il faudrait que je me laisse tenter par le savon de Marseille. Tu sais comment le couper sans qu’il s’effrite ? Ça dépend peut être de la marque.

    Je ne connais pas ce type de pansement. J’imagine qu’on trouve ça en pharmacie. As-tu une marque à recommander ?

    J’ai trouvé la solution niveau contenant. Je recycle les flacons d’huile de calendula de ma fille. J’en ai parlé dans un précédent article. La marque propose aussi ces flacons pour d’autres huiles tout aussi agréables à utiliser.

    http://maison-saine-bonne-sante.fr/soin-pour-bebe-une-solution-simple-et-saine/

    Le flacon est super pratique et je les utilise pour tout. J’ai un peu galéré au début pour retirer les étiquettes et finalement j’ai trouvé la technique.

    http://maison-saine-bonne-sante.fr/comment-decoller-une-etiquette-tenace/

    J’adore ces flacons. Par cette chaleur, j’en utilise un pour y mettre juste de l’eau. Ça donne un brouillard très fin idéal!

  3. Milorie Bérubé

    Bonjour, vous connaissez les sites où c’est possible de se procurer le vrai savon de marseille? Souvent je vais en magasin et il est composé de plusieurs ingrédients, parfum, etc. Comme je ne suis pas en France, je ne peux pas me déplacer pour l’acheter. On mentionne dans un lien du site qu’il se fait surtout par 4 grandes fabriques françaises ou à l’étranger (Chine et Turquie). L’achat étranger ne me dérange pas (je ne suis même pas Française, d’abord); mais la composition naturelle compte beaucoup pour moi.

  4. La pince à épiler, j’en ai aussi pris une, de même qu’un coupe ongles parce que c’est toujours utile! ^^
    Je ne pensais pas avoir besoin du gel d’aloe vera et pourtant, il nous aurait été bien utile quand on a pris nos coups de soleil… C’était inattendu et le beurre de karité a plutôt bien réparé les dégâts mais sans le côté bien apaisant du gel. Je ne l’oublierai plus!

    • Ah oui, couple ongle aussi peut-être fort utile, c’est vrai !
      Je confirme le gel d’aloe vera est top après le soleil pour apaiser et réparer. Heureusement que vous aviez quand même ce beurre pour nourrir !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *